La beauté de l'être humain

J’ai toujours pensé qu’il était possible de s’entourer de gens fantastiques pour mieux avancer dans la vie, d'avoir autour de soi des êtres humains aux qualités multiples nous permettant de devenir de meilleures personnes et de naviguer le côté âpre du quotidien avec une plus grande fluidité. Si c’est vrai et aussi bénéfique qu’il y paraissait, était-ce pensable de mettre au rancart les vieux paradigmes du monde du travail et repenser la dynamique humaine autrement?

L’histoire qui me lie à cette coopérative est avant tout une histoire d’êtres humains exceptionnels et de rencontres surprenantes. À l’époque, l’aventure que requérait le développement de ce grand projet coopératif allait conduire un groupe d’individu à se lier, à s’entraider, à tisser une vision commune autour de valeurs pour en assurer la viabilité. Le projet allait amener tranquillement des gens à s’intéresser à nous, à notre modèle d’économie sociale, aux retombées sociales, monétaires, régionales.

Au gré des saisons, des gens de tous les horizons, qui avaient non seulement des rêves et des idées pleins la tête, des qualités et des talents, venaient à notre rencontre. C’est en misant sur ces beaux êtres humains que notre coopérative est devenue grande et porteuse d’autant d’espoir et d’ambitions. Ces gens ont rendu possible ce que plusieurs croyaient irréalisable en d’autres temps.

Le coeur de la coopérative, c'est une vieille gang de «chums» d’ici et d’ailleurs, formée au fil des années. Compagnons de route depuis des lustres et d’autres fois, collègues depuis peu, leurs liens spéciaux ont permis de transcender les relations de travail classiques.

Derrière notre organigramme maison, nous trouvons plus souvent qu’autrement une amitié saine et bienveillante, un respect profond de l’autre, une écoute sincère et une entraide qui ouvre un monde de possibilités. Alors quand ce noyau d'individus se déploie, il laisse une trace indélébile dans l’âme de la coop. La philosophie qui s’en dégage permet à la coopérative de continuer à faire converger des êtres fantastiques et inspirants qui évoluent en son sein, car les humains et leur bonheur y ont une place de choix.

Le marché du travail traverse une pénurie de main-d’oeuvre, mais nous faisons le pari que nous pouvons devenir plus qu’une coopérative en quête de travailleurs. Quand une entreprise se transforme et permet aux gens de s’émanciper, de se sentir accompli et se développer sur plan personnel, elle attire dans son sillage bien plus que des curieux de passage. Elle crée une opportunité pour son équipe de vivre des expériences marquantes et son équipe lui rend la pareille en mettant à l'oeuvre ses talents, ses compétences et sa bonne humeur au service de l'entreprise.

Notre équipe est allée visiter notre destination soeur, Kingdom Trails, située dans le Vermont, au printemps dernier. Nous étions une vingtaine, venus là pour prendre du bon temps, apprendre à se connaître, rouler ensemble et consolider notre esprit de groupe. Ce fut de ces rencontres qui te font sentir comme si tu appartenais à quelque chose de plus grand, d’intangible, à cheval sur les frontières habituelles. Je m'en souviendrai comme d'un moment fort qui me convainc encore qu’on peut repenser le monde du travail de manière plus créative et humaine.

Et si par la bande nous pouvons faire voler en l’air des pratiques désuètes de ressources humaines, nous en ressortirons plus heureux, car nous saurons au fond de nous-même que ce que nous mettons en place est bien plus significatif que l’histoire d’une poignée de gens. C’est la belle histoire improbable de dizaines de travailleurs, d’aventuriers, de passionnés et de rêveurs infatigables venus trouver un sens à bâtir cette vallée et sa notoriété.

En ce début de saison, je lève donc mon chapeau à ces beaux êtres humains, à leurs talents et à ce qu’ils permettent de grand pour la suite du monde.

Etienne Beaumont, directeur adjoint

Souvenirs de notre weekend à Kingdom Trails